Une microferme permaculturelle, c’est à dire?

A la recherche d'un équilibre.

Prendre soin de la terre, prendre soin de l’humain, partager équitablement. Ce sont les 3 principes fondamentaux de la permaculture que j’essaie de suivre au sein de cette ferme.

D’abord, prendre soin de la terre. Avec notament l’application des techniques de maraichage sur sol vivant retravaillées pour petite surface et sans mécanisation. Concrètement: je ne laboure pas le sol, je n’utilise aucun engrais  mais j’améliore la fertilité des sols par des apports de carbone, je n’utilise aucun pesticide mais agit en faveur de la biodiversité en créant des zones d’accueil diverses dans les alentours (tas de bois, bassins, herbes hautes…), je multiplie les rotations et associations de cultures pour ne jamais avoir de sol nu.

Prendre soin de l’humain: c’est actuellement un grand défi car en première année d’installation et sans mécanisation lourde, c’est l’homme qui fait le travail et qui se fatigue…. Mais  j’espère en contrepartie récolter une nourriture saine et riche en nutriments.

Partager équitablement: aussi bien les récoltes, que l’espace occupé, ou encore les savoirs et résultats de la ferme. Les bénéfices de la vente des récoltes n’ont pour objectif que de me permettre de faire vivre ma famille et d’investir dans le développement de la ferme. Le partage se fera également avec la faune sauvage, car une partie de la récolte se fera forcement mangée par les « ravageurs » limaces, oiseaux, pucerons…Et sur l’hectare de terrain une partie importante de l’espace sera dédié à l’accueil de la biodiversité. Enfin, afin de promouvoir ce type d’agriculture, plus respectueuse de l’environnement, j’ai pour objectif d’organiser des visites de ferme plusieurs fois dans l’année aussi bien auprès de particuliers que de professionnels de l’agro-alimentaire.